C’est quoi des finances saines pour Vevey ?

les-poches-vides

Lors de la dernière séance du Conseil communal du 14.12.2017 le budget 2018 a été accepté par ce dernier.
Le groupe Vevey Libre a soutenu la démarche de la Municipalité, car s’est un budget qui s’est avéré réaliste. Les raisons de cette appréciation de la situation se trouvent être les suivantes :

1.Le niveau de l’endettement
La clé de voute pour aborder la question des finances saines, c’est l’endettement. Lorsqu’il n’y en a pas, la question ne se pose plus.
Et s’il y en a, jusqu’où pouvons-nous aller ?
Aujourd’hui, nous en sommes à une dette de ~ CHF 194 mio. Les charges d’intérêt pour cette dette sont de ~ CHF 2.3 mio. par an, donc une moyenne d’intérêts de 1.15%.
Cette moyenne est contractuellement assurée d’ici à environ 2027. Elle représente, par ailleurs, 1.53% du revenus annuel budgétés dès 2018, contre ~ 3% en Ø sur toutes les communes vaudoises.

En dépit du fait que les comptes 2016 étaient particulièrement mauvais, la situation, à ce jour, n’est dès lors, apparemment pas catastrophique.
La ville de Détroit, Michigan, USA est tombée en faillite (impossibilité de payer les salaires nets mensuels) en juillet 2013 avec une dette de $ 61’539 /habitant (Vevey aujourd’hui CHF 9’500.–/habitant) et, toujours à Détroit, 34% du total de ses charges annuelles pour intérêts courants et moratoires (Vevey aujourd’hui 1.15%).

Mais encore faut-il scruter l’évolution des prochaines années, du moins jusqu’à 2021 et surtout à fin 2027, échéance de la plupart de nos contrats d’emprunts.
À ce jour, le plan de tous les projets d’investissements inventoriés par la Municipalité en 2016
présente un solde à investir, d’ici à la fin de la législature, de 87 mios. N’oublions pas que c’est le Conseil communal qui aura le dernier mot. C’est lui qui décide de chaque préavis que la Municipalité va devoir soumettre.
Á supposer qu’il vote l’ensemble de ces investissements et que tous soient financés uniquement par de nouveaux emprunts, notre plafond d’endettement avoisinerait théoriquement ~ CHF 281 mios. Là, l’appréciation de la situation prend une autre tournure. La charge des intérêts augmenterait de CHF 2.3 mios. à CHF 3.3 mios. Et ce million de plus vaudra 1 point d’impôt communal en plus.
Avec une telle « voilure » et en approchant dangereusement la limite des 10 ans avec ces taux d’intérêt particulièrement avantageux, la situation pourrait franchement devenir critique.
À supposer que les intérêts bancaires augmentent, ne serait-ce que de 1% dès 2027 (= CHF 2.84 mios. de charges en plus), nous aurons alors à devoir remédier d’une manière ou d’une autre :
° soit 2.7 points d’impôts communaux en plus (nous passons déjà aujourd’hui de 73 points à 76).
° ou alors des coupes budgétaires dans les charges, dès 2027, de CHF 2.84 mios. par an.
L’expérience a montré que de pareilles coupes ne pourraient se faire qu’en réduisant considérablement les prestations actuellement assurées pour tous les Veveysans. Bonjour l’ambiance.
Alors, quoi faire ?

2. L’augmentation des excédents de trésorerie (= marge d’autofinancement)
La Municipalité, avec sagesse, a revu son budget 2018 3e version, en un budget 4e version.
Se rendant compte qu’elle devait absolument maximiser les excédents de trésorerie entre revenus et charges, elle s’est engagée à présenter à la Commission des Finances une version avec trois points d’impôts en plus (= revenus supplémentaires de CHF 2.55 mios.) et une ultime nouvelle réduction des charges (= charges réduites de CHF 1.2 mios.). L’administration communale a donc passé entre janvier à octobre 2017 quatre fois au tourniquet. Merci aux chefs de service, cadres et tous les municipaux qui ont fait le « sale » boulot.
Notre gouvernement s’est engagé à réaliser un excédent de trésorerie (marge d’autofinancement) de CHF 8.5 mios. pour 2018. Il assure être conscient qu’il va devoir réitéré en 2019, 2020 et 2021, donc produire un total de CHF 34 mios. dès aujourd’hui, à la fin de la législature.
Rappelons ici que cet excédent de trésorerie permettra d’investir CHF 34 mios. avec de l’argent liquide, sans devoir emprunter.
Le Conseil communal, après avoir admis quelques amendements peu importants en CHF, a finalement voté majoritairement ce budget 2018 qui était, compte tenu des circonstances décrites ci-dessus, la solution de la raison.
Aucun parti n’était comblé par ce budget 2018, parce qu’il ne se retrouvait pas complètement par rapport à ses promesses électorales de 2016. Mais une sage majorité a fait le poing dans la poche. C’est cela aussi la politique.
Le risque de voir naître un référendum contre l’augmentation des impôts votés par le Conseil communal préalablement pour 2018 et 2019 s’étant mystérieusement envolé, la Municipalité, grâce à cette « légendaire » sagesse d’une majorité du Conseil communal, a maintenant les moyens de se mettre sur de bons rails, du moins sur le plan financier, d’ici la fin de cette législature, voire au-delà.
Notre Municipalité emboîte une démarche de gestion financière allant vers un assainissement des finances de la Ville, avec l’appui du Conseil communal, et notamment des 13 membres, tous partis confondus, de la Commission des Finances (vote du budget à l’unanimité moins une voix en date du 15.11.2017 ).

3. Finances saines ou pas saines ?
Sans vouloir anticiper sur les incidences durant ces prochaines années, probablement positives, des calculs de la péréquation effectués par le Canton, qui tiendront compte des efforts faits par notre Ville, il apparaît que d’ici la fin 2021, si tous se déroule comme planifié, le niveau d’endettement s’élèvera probablement à CHF 247 mios. et dès 2027, à 200 mios. voire en dessous. Le niveau de la dette par habitant sera alors à nouveau en dessous de CHF 10’000.–/habitant ce qui est souhaité.
Rappelons ici que la dette moyenne par habitant de tout le canton de Vaud était en 2016 de CHF 13’767.–.
Et ainsi, en prime, Vevey n’aura plus à rougir de l’état de ses finances et pourra continuer à assurer son autonomie et son indépendance communales.

Francis Baud

» Suivez Vevey Libre

Abonnez-vous à notre fil RSS ou consultez notre actualité sur Facebook.

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire