L’affaire Michel Agnant et Jérôme Christen se dégonfle

Capture d’écran 2019-06-26 à 09.27.15L’affaire Michel Agnant et Jérôme Christen se dégonfle, rapporte Le Régional. Le Ministère public entend abandonner les principaux griefs visant Michel Agnant et Jérôme Christen, municipaux Vevey Libre, suspendus pour soupçons de violation du secret de fonction.

Le Parquet estime que les deux élus n’ont ni transmis «un courrier confidentiel à la commission de gestion, ni des «informations confidentielles à la presse», ni dévoilé «le résultat d’un vote de la Municipalité». Ils n’ont pas non plus remis à des tiers «une décision du Conseil d’Etat sur le postulat « L’internalisation des gérances, c’est maintenant! »» ou donné des informations sur l’affectation du secrétaire municipal à la Fête des Vignerons.

En clair, selon le Ministère public, toutes ces accusations, pour lesquelles il annonce une «ordonnance de classement», ne tombent pas sous le coup de la violation du secret de fonction.

Le procureur souhaite se limiter à une ordonnance pénale pour trois éléments estimés moins graves, que les deux édiles contestent, estimant qu’ils n’ont pas violé la loi en consultant leur avocat, en informant la commission de gestion et en consultant leur conseiller politique.

Jérôme Christen et Michel Agnant affirment n’avoir remis les documents en question qu’à des personnes non autorisées à en faire état au public ou à la presse. Des personnes «qui ne l’ont d’ailleurs pas fait», rappellent-ils. Jacques Haldy en premier lieu, avocat, est, selon l’argumentaire des deux municipaux, tenu au secret professionnel. Quant à Christophe Privet, leur conseiller politique et directeur de campagne de Jérôme Christen – également conseiller communal et vice-président de la Commission des finances à Montreux, ainsi que secrétaire parlementaire au Grand Conseil (Vaud Libre et PDC) –, il fait partie des personnes qui peuvent être informées selon la loi.

«Beaucoup d’autres membres d’exécutifs ont des conseillers personnels, souligne Jérôme Christen. Si les consulter relève d’une violation du secret de fonction, les politiciens seraient muselés et les dossiers n’avanceraient plus.» Enfin, au sujet de la Cogest, la conseillère d’Etat Béatrice Métraux elle-même admet dans un courrier du 14 juin – dont Le Régional possède copie – que les documents soumis à un secret de fonction sont transmissibles à une commission de surveillance, comme la Cogest, relèvent les deux élus.

Forts de ce probable classement partiel, les deux municipaux s’opposent à l’éventuelle prolongation de leur suspension par le Conseil d’Etat.

«Dès lors que ce que l’on nous reproche est extrêmement minime, notre suspension, déjà disproportionnée, ne se justifie plus, si ce n’est pour des raisons politiques obscures», appuie Michel Agnant.

Source: Le Régional.

Tags: , , , , , , , , , ,

Une réponse à “L’affaire Michel Agnant et Jérôme Christen se dégonfle”

  1. Christophe Letsch 26 juin 2019 le 10:11 #

    Enfin une bonne nouvelle !!! Je me réjouis de vous retrouver tous deux aux commandes de notre ville.

Laisser un commentaire